Nos élèves à la Cybertech 2022

Les élèves, futurs adultes, vont sans doute vivre dans un monde dans lequel ils seront de plus en plus confrontés aux systèmes automatisés et aux robots, on peut même dire que c’est déjà un peu le cas. De plus, dans le cadre des programmes du cours de Technologie, les élèves de 3ème doivent réaliser de manière collaborative le prototype d’un projet qu’ils doivent mener sur plusieurs semaines.

Le concours Cybertech est donc une très bonne occasion de faire d’une pierre deux coups et de faire se poser aux élèves tout un tas de questions sur ce sujet qui les concernent directement.

Qu'est-ce que Cybertech?

Ce n’est pas une compétition, c’est avant tout une rencontre dans laquelle les élèves vont pouvoir présenter leur travail, échanger avec d’autres élèves qui se sont posés les mêmes problèmes qu’eux et comparer les solutions apportées. Bien sûr, un robot sera distingué dans les dix catégories représentées mais tous les élèves repartiront avec les mêmes lots. Le but est de les faire se rencontrer mais pas de les classer. 

On peut participer à trois types d’épreuves :

  • Rider : un parcours dans lequel le robot doit suivre une ligne et franchir des obstacles ;
  • Classic : se déplacer et s’arrêter d’une manière autonome dans une zone de 40cm située à 5m de la ligne de départ ;
  • Sumo : un tournoi de Sumo dans lequel les robots combattent d’une manière autonome.

Pour leur première participation, les élèves du collège ont présenté 5 robots dans la catégorie Classic et un autre au tournoi de Sumo.

Comment ça s'est passé?

Le jeudi 19 mai, les élèves sont arrivés un peu anxieux car c’était le grand jour où ils devraient présenter le fruit de plus de trois mois de travail en Technologie, leur prototype de robot ainsi que le dossier technique et de recherche qui les aiderait à expliquer leur démarche et les solutions choisies et celle rejetées.

Après un voyage de deux heures en bus, train et RER nous avons rejoint le gymnase Scohy à Aulnay-sous-Bois, lieu de leurs futurs exploits. C’est loin la Seine Saint Denis… A peine arrivé, il a fallu prendre possession de notre espace, vérifier l’état des robots et procéder aux premiers essais ainsi qu’aux premières réparations. Chaque équipe devait faire un passage chronométré le matin en suivant l’ordre d’un planning établi par l’organisation. Chaque robot placé sur la ligne de départ devait parcourir une distance de cinq mètres et s’arrêter dans une zone délimitée par deux lignes en dépassant ou en touchant la première mais sans toucher la deuxième.

Ce fut l’heure des premières petites contrariétés : « Le robot ne marche pas comme il faut… », « Il faut refaire des réglages… », mais aussi de grandes fiertés « On a réussi du premier coup… », « Il s’est arrêté juste bien comme il faut… ». Heureusement, il restait deux passages l’après-midi et donc la pause repas s’est à moitié transformée en atelier technique digne des stands de courses de formule 1.

Quand ils ne concouraient pas les élèves devaient aller voir les robots des autres établissements pour analyser leur fonctionnement et échanger des avis techniques. Ils devaient aussi répondre sur leur robot à des jurys qui passaient régulièrement devant notre stand. Parallèlement à ce premier concours, avait lieu un tournoi de Sumo dans lequel les robots devaient renverser ou sortir le robot adverse de la piste d’une manière autonome, simplement avec une programmation et sans intervention humaine ni télécommande. Le robot de notre collège s’est particulièrement distingué car après trois victoires expéditives en phase de poule, il a triomphé en quart de finale en moins de dix secondes. Malheureusement, il a dû s’arrêter en demi-finale contre le futur vainqueur du tournoi.

Après leurs deux essais de l’après-midi dans la catégorie Classic, les élèves ont assistés à la remise des prix au cours de laquelle le robot « Bateau » du collège a obtenu le prix à la construction 3D grâce à un effort particulier sur les formes obtenues par impression 3D et gravure sur microfraiseuse à commande numérique. Ce fut ensuite le retour au collège dans le calme car même en étant ludique, cette journée a bien sollicité les élèves, au point que certains se sont endormis lors du voyage en train.

Je tiens à les remercier pour leur excellent comportement tout au long de cette journée.

D. Pichot, professeur de technologie.

Les solutions choisies

Robot Sumo : la stratégie est basée sur la forme du robot, une pyramide avec l’avant en pointe, pour déjouer les attaques des adversaires.

Robot « Bateau » : une coque élégante imprimée en 3D contenant une carte électronique qui alimente un moteur pendant un certain temps réglable en programmation. Ce moteur entraine des roues sur lesquelles une ancre de marine est gravée.

Robot « Qui perd ses roues » : une solution très originale fruit d’un très gros travail du groupe. Les roues arrière montées sur des écrous qui se déplacent sur un essieu fileté se détachent lorsque la distance est parcourue. Le système de propulsion est caché par un très beau décor en forme de globe terrestre.

Robot « Tapette à souris » : la propulsion du robot est assurée par la détente du ressort d’une tapette à souris sur laquelle est fixé un axe. Au bout de cet axe une ficelle est attachée et l’autre bout est enroulé autour de l’essieu arrière. Lorsque le ressort se détend il tire la ficelle et le robot avance. Le secret réside dans la distance de ficelle enroulée.

Robot « Combi Volkswagen » : un très beau décor en forme de ce véhicule mythique cache une carte électronique qui pilote un moteur pendant un certain temps qui est réglable par programmation.

Robot « Fée » : un très riche décor avec une fée imprimée en 3D qui tourne sur elle-même au fur et à mesure que le robot avance. Ce décor cache aussi une carte électronique programmée.

Retrouvez les temps forts en vidéo